Projet 1 scientifique - 1 classe : Chiche ! (projet Inria, opéré par la fondation Blaise Pascal, en partenariat avec le Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse)

Pour la première fois grâce au projet 1 scientifique - 1 classe : Chiche !, toutes les secondes vont être initiées aux Sciences du Numérique. Dès la rentrée scolaire, ce sont ainsi 560 000 jeunes qui vont démarrer le nouvel enseignement Sciences Numériques et Technologie.

Pour accompagner cette nouvelle étape, dans la formation de toutes et tous aux Sciences du Numérique, Inria et la fondation Blaise Pascal organisent des rencontres entre les enseignants-chercheurs et les lycéens de seconde de toute la France pour un échange d’une heure ou deux autour des Sciences du Numérique.

Résumé du projet

Par cette opération d’envergure nationale, il s’agit d’encourager le goût des élèves pour les sciences du numérique grâce à la rencontre avec des scientifiques illustrant de manière pédagogique et attractive « la recherche » dans ce domaine et son impact pour la société.

Tous les jeunes, garçons et filles, gagneront à mieux connaître les opportunités offertes par les filières scientifiques, en particulier dans le domaine du numérique. Les zones les moins favorisées seront l’objet d’une attention particulière afin d’atteindre tous les élèves d’un même niveau scolaire sur l’ensemble du territoire.

 

Les bénéfices de cette action sont multiples :

  • Valoriser les échanges entre le monde de l’éducation nationale et celui de la recherche
  • Promouvoir l’investissement des chercheurs dans leur mission de médiation scientifique,
  • Donner l’envie de mieux comprendre le numérique en tant que science, et éclairer ainsi le choix de l’option NSI en classe de première et terminale,
  • Accompagner l’engagement des filles dans le secteur du numérique.

L’objectif est d’encourager le goût des élèves pour les sciences en leur parlant de la recherche dans ce domaine passionnant des Sciences du Numérique. Le projet vise à atteindre en particulier massivement un grand nombre des élèves qui ne sont pas touchés par les nombreuses initiatives qui existent aujourd'hui, de les encourager à s’engager vers les options NSI en 1ère et en terminale. 

Un ou une scientifique se rend dans un établissement à la rencontre d’une ou plusieurs classes de seconde pour un échange d’une heure ou deux autour des Sciences du Numérique en général et de son domaine de recherche en particulier. Les interventions pourront prendre des formes variées en fonction des compétences et de la personnalité du chercheur et pourront être mutualisées avec des initiatives déjà existantes. Le chercheur pourra bénéficier d’un accompagnement, s’il le désire.  Un temps d’échange avec les équipes pédagogiques et notamment les professeurs en charge de SNT (2nde) et NSI (1ère, T) sera éventuellement mis en place. L’intervention pourra être l’occasion de repérer, recruter, proposer des élèves (en particulier des jeunes filles) pour un suivi de type mentorat.

Le projet vise spécifiquement les territoires où les sujets NSI sont peu présents, sans centre de recherche, et avec un tissu associatif trop clairsemé. L’ambition du projet est de cibler les élèves de tous les territoires.

Pour accompagner scientifiques et enseignants dans cette démarche et contribuer à faire perdurer les actions, par exemple via du mentorat auprès de jeunes filles, des acteurs du riche écosystème de médiation scientifique s’investiront également dans le dispositif. Ce projet est ainsi également une opportunité de créer du lien entre les passeurs des sciences du numérique de tous horizons.

OBJECTIFS DE L'OPÉRATION

  • Donner le goût des sciences en général et des Sciences du Numérique en particulier.
  • Donner à voir le champs couvert par les Sciences des Numériques et son impact sur l'ensemble des activités humaines
  • Atteindre massivement un grand nombre des élèves qui ne sont pas touchés par les nombreuses initiatives qui existent aujourd'hui
  • Engager les élèves et notamment les jeunes filles vers les options NSI en 1ère et en terminale et plus largement vers les filières du numérique, de la recherche et des sciences
  • Élargir le nombre de Scientifiques impliqués dans des actions de médiations scientifique